Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Corbières, Un passé, des vignes, des pierres, du soleil et du vent

Publié le par Jean Denis

Couronnées par les citadelles Cathares, façonnées au grès des vents, les Corbières c’est un géant de pierres qui se déploie à l’identique du golfe du Lion à la Montagne Noire et aux contreforts Pyrénéens.

Une ligne bleue, plus foncée, plus complexe que le bleu de l’horizon méditerranéen. Un bleu changeant, coléreux qui se couvre de mille reliefs mêlant, étang, rocailles, garrigues, vignes et forêts. Le mélange des paysages sans cesse renouvelés de l’arrière pays à l’authenticité qui ne peut être contrefaite.

Tutoiement entre méditerranée et massif calcaire aux multiples trésors cachés. Un véritable écrin, ou parfois les mots vous manqueront à la découverte de ces pierres sèches, des « capitelles » , ou encore de ces pierres en ruines hautaines que sont les « châteaux cathares » ou enfin de celles plus mystérieuses du Bugarach. C’est aussi l’imbrication entre le chêne endémique et les bourgades ou parfois le temps s’est arrêté. Apparitions soudaines encerclées par le sang des Corbières celui du vin, celui de la vigne, des vignes.

C’est une « pierre précieuse » à la beauté inaltérable taillé par les vents et illuminée par un soleil omniprésent. Une contrée qui bénéficie d’hiver doux et ensoleillés et d’été chauds et secs. Avec un vent marin, mielleux et poisseux face à une tramontane vigoureuse et sèche. Peut importe, on le sait le cycliste a toujours le vent de face.

Enfin, à l’inverse du littoral les routes et axes secondaires y sont multiples et des plus tranquilles même en période estivale. Et…, pour les chasseurs de cols, vous aurez la possibilité d’augmenter votre compteur d’une bonne centaines d’ascensions.

Les trois parcours choisis font la part belle à la partie occidentale des Corbières, en attendant mieux. Venez découvrir ces collines qui se suivent, s’empilent et se chevauchent, escalader les « pics », croiser du regard les abîmes et les gorges, côtoyer la pierre et la vigne au milieu d’une garrigue à la la fausse modestie. Et le soir, à l’abri d’une terrasse profitez avec modération de la fierté des gens du terroir : « le vin ».

Les Corbières,  Un passé, des vignes, des pierres, du soleil et du vent
Les Corbières,  Un passé, des vignes, des pierres, du soleil et du ventLes Corbières,  Un passé, des vignes, des pierres, du soleil et du vent
Les Corbières,  Un passé, des vignes, des pierres, du soleil et du vent

Commenter cet article