Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE GRAVEL 66 D'ILLE SUR TET DU 1/3/2015

Publié le par Jean Denis

LE GRAVEL 66 D'ILLE SUR TET DU 1/3/2015

Les pionniers du « gravel » en France


Ca y est c'est fait... mais c'était assez costaud surtout pour un non vététiste comme moi ; mais j’ai eu beaucoup de plaisir.

D'abord l'ambiance qui était vraiment différente des cyclosportives et même des cyclotouristes, plus conviviale, plus cool, tranquille ; et je ne parle pas des tenues qui me changent vraiment de mes habitudes, la majorité des cyclistes étaient sur des VTT. Comme, il n'y avait pas de chronos, les départs étaient libres : "entre 7h30 et 8h30 pour les VTT et après 8h30 pour les « gravel » ; donc pas de prise de tête. Heureusement, car le temps était plutôt stressant avec 9°, la grisaille et la pluie. Pourtant, il y avait du monde. Mais, comme me l’a dit l’un des organisateurs, Brice : « pour un vététiste la pluie ce n’est pas trop handicapant ; ce n’est pas comme sur la route. Donc je ne suis pas inquiet, ils seront là ». Les cyclistes sont d’ailleurs venus de toute la France, mais aussi d’Espagne, de Belgique et même d’Italie et étaient donc là au moins la veille.

Au niveau de la participation, sur la Garoutade et la Transbiking, il y avait plus de 500 vététistes, alors que sur le gravel 66 nous étions seulement 25 et dans le lot il n'y avait que 4 « gravel-bike ». Mais pour une première les organisateurs n'attendaient pas plus de "gravélistes".

Je suis donc parti après les VTT et ces derniers ont été surpris de voir passer un "bolide" (bon j'exagère un peu... à peine) dans les parties communes. On va beaucoup plus vite avec un « gravel » quand ça monte ou sur le plat, par contre si la descente est technique, les VTT reprennent un peu d'avantage (enfin pour mon cas).

La résultante c'est que j'ai souvent été interpellé sur mon vélo : "ah!, c'est ça le gravel... ça envoie vraiment... c'est pas trop raide....etc...etc"…

C'était quand même du costaud et il valait mieux être entrainé pour s'envoyer les 70 bornes de pistes, chemins et routes, parfois même assez technique avec beaucoup de cailloux et de crevasses (surtout la descente de Rodès), et de longues montées pour un D+ de 1700m. Il était aussi important d’avoir les bons développements, et franchement j’aurai bien « supporter » un 32 dents à l’arrière au lieu de mon 28. C’est vrai qu’on est parti avec la pluie, mais ça n'a pas duré et à la fin on même eu le soleil ; aussi ça n’a eu que peu d’incidence, les chemins était encore assez sec.

Côté parcours c’est simple, après une petite mise en jambe le long de la Tet c’était une montée sur piste DFCI qui nous attendait jusqu’au village de Montalba ; 10 km à 4%, avec quelques « raidars ». Ensuite un peu d’asphalte avant d’attaquer les 2km de la « terrible » descente vers Rodès (cailloux, crevasses, graviers, sable, et forte pente), il fallait être très attentif car ça secouait. En bas c’était le premier ravito en liquide, puis une reprise en douceur sur la route pendant quelques kilomètres. Un répis pour attaquer le plat de résistance : « les 12 km de la montée à 5% de moyenne jusqu’au Pireuré de Serrabone sur des pistes DFCI ». Une petite halte au sommet pour se restaurer ; du solide salé et sucré nous y attendait et c’était copieux. Après quelques échanges sur nos matos respectifs et c’était le moment de redescendre sur une route asphaltée ; là le gravel est vraiment au dessus une fois de plus. A peine en bas se profilait devant nos roues la montée vers Casefabre sur une piste à 6% pendant 5 km à 6%. Passé le sommet et c’était de nouveau une belle descente goudronnée ; les montagnes russes n’étaient pas encore fini car arrivé à St michel de Llotes nous attendait la dernière difficulté sur route pendant 5km à 5%. Enfin, en haut, on reprenait des pistes pour revenir vers notre point de départ à Ille. En fait, tout le long du parcours on a été toujours en prises et les pistes et chemins ça secoue ça use et ça fatigue nettement plus que la route.

Au final j’ai pris beaucoup pris de plaisir, bien sur j’ai un peu souffert mais paradoxalement je n’ai pas eu "mal" aux jambes, mais aux bras, allez savoir pourquoi...

Le repas d’après course pris en commun ("boles de picolat » et haricots) était bien revigorant et la bière excellente. C’était aussi un moment convivial où chacun revivait et y racontait sa course avec les copains. . C’était aussi le lieu et le moment où chacun en profitait pour faire son bilan. Pour beaucoup c’était simplement 2 mots : « on reviendra ». De mon côté c’était: « plus tard, je pourrais dire que j’y étais … « j'ai fait le 1er Gravel en France »et tant pis pour ceux qui n'étaient pas là

Je suis persuadé que Brice et Sylvain sont des précurseurs que nous sommes des pionniers et que cette nouvelle discipline va prendre. J’en veux pour témoin le nombre de vététistes qui sont venus me voir et me demander des renseignements sur cette pratique, sur le vélo. Beaucoup, voit ce nouveau concept comme une alternative au vélo de route en hiver, le vélo comme un mulet, un moyen d’éviter de se trainer sur les pistes en VTT, enfin pour l’instant. Une chose est sure pour la plupart, ils assimilent le gravel au vélo de route et absolument pas au VTT. Pour autant, je pense que sur les descentes un peu techniques les vététistes profiteront totalement de leur « habileté » par rapport aux simples routiers qui eux feront valoir leur puissance sur d’autres secteurs. En fait, c’est ça le gros plus, tout le monde devrait trouver son compte dans cette discipline.

Mais pour moi c’est surtout le vélo en toute liberté : « j’en ai marre de la circulation, je prends la piste pour être tranquille… je n’avance plus, ça secoue trop, je reprends la route … je veux découvrir de nouveaux coins, je veux la tranquillité, etc… la liberté quoi. »

LE GRAVEL 66 D'ILLE SUR TET DU 1/3/2015
LE GRAVEL 66 D'ILLE SUR TET DU 1/3/2015
LE GRAVEL 66 D'ILLE SUR TET DU 1/3/2015
LE GRAVEL 66 D'ILLE SUR TET DU 1/3/2015

Commenter cet article

Denis ESNAULT 21/09/2015 09:48

Bonjour , A 58 ans passé je suis VT tiste , sur focus black forest. Je ne cherche pas la performance mais le plaisir , seul, ou accompagné. Mais parfois quand ont a en marre de se faire secouer les fesses, alors on prend la route , et là ont se prend à rêver de machine polyvalente . Conseillé par l'ancien coureur et manager du magasin, Eric Berthou. Je viens juste d'acheter un raleigh XP pro au magasin de Brest ( http://www.raleigh-france.fr/company/coffee-bike-100 ).

Je m'intéresse aux parcours gravel en Bretagne ; Ille et Vilaine nord et Côtes d'Armor . Alors si il y a en a qui ont des idées , envoyez. En attendant , je vous invite à taper, www. 100b7.com et voyez ce que nos amis Québequois organisent en Estrie dans le canton Brome Missiquoi. Les américains ne sont pas en reste , car c'est là bas qu'est né le gravel : http://www.goldrushgravelgrinder.com - http://barry-roubaix.com/.

En attendant, amis gravelistes, broyer bien du gravier ( gravel grinding en anglais)

Denis

Jean- Denis 22/09/2015 08:24

Salut, merci pour le lien très intéressant. Je vais faire passer. Pour les parcours bretons je ne connais pas... je suis dans le sud et par contre je peux te passer mes traces : http://velocorbieres.unblog.fr/gravel-ride/
J'ai aussi une page Facebook : https://www.facebook.com/gravelfitou

morfar69 05/08/2015 00:36

Merci de ta réponse;
Je transmets à des potes dont l'activité ressemble assez à la tienne.
Hubert PALANCHON

morfar 04/08/2015 15:35

Salut J.D.
Connais tu des organisations de Gravel du coté de Rhone-Alpes ?
Merci d'avance.

P.S. Ton mulet a l'air sympa...et plus léger que le Farrahd Pinion, avec lequel je gravelle souvent

Jean Denis 04/08/2015 21:30

Oui, j'avais lu que cela existait en Rhône Alpes... mais étant correspondant Languedoc Roussillon, je ne traite que ce qui se passe sur mon secteur... De mon côté je m'éclate avec mon Canyon Inflite auquel j'ai fait apporter quelques modifications pour en faire un vélo passe partout... cf article de mon blog ( http://jeandenis.gely.over-blog.com/2015/07/le-canyon-inflite-se-couple-avec-le-garmin-pour-la-pratique-du-gravel.html)... Pour le poids c'es 8,8 kg

William 10/05/2015 18:12

Bonjour et merci pour cet article.
pourriez vous me dire où puis je trouver un site, une fédération qui préviendrait des sorties et des lieux. Je n'ai pas de gravel mais un vtt marathon mais un peu trop de blessure ces derniers temps, il est d'aller chercher les dfci et laisser de coté les singles.

Comment faire pour trouver des traces gps exclusivement gravel ? Comment faire pour savoir si une sortie gravel est prévu de par chez moi ?
Merci
Cdl

GELY 10/05/2015 20:13

Vous pouvez trouver des traces gravel sur mon site cols et parcours des Corbières de Jide : http://velocorbieres.unblog.fr/gravel-ride/
Ce n'est qu'un début je compte en mettre d'autres plus tard...
Sportivement
JD

Mayo 19/03/2015 17:35

Salut,
moi aussi j'y étais à la Gravel66. ;) J'avais un Van Nicholas Zion tout rigide et je portais un haut orange/noir. il me semble vous avoir croiser à l'entrée du premier village.
Pour un premier raid, il y avait quelques passage très rocailleux surtout dans les descentes qui m'ont donné des petites frayeurs mais dans l'ensemble c'etait bien.